HEADER-ECO NUM AFRIQUE

Afrique numérique : quels enjeux de développement pour les entreprises ?

Transformation digitale, Afrique numérique, technopole, pépinières IT … voilà des termes qui reviennent régulièrement dans la presse ou sur le web. Concrètement, qu’est-ce que l’Afrique peut attendre du numérique ?

Les technologies de l’économie numérique présentent plusieurs enjeux dans le développement des entreprises en Afrique. Ce secteur est actuellement en train de connaitre une évolution significative. Ces nouvelles technologies apportent aux entreprises des possibilités de développement notamment sur le volet organisationnel, ou encore sur le plan de l’innovation produit.

impact-sur-economie-afrique-numerique Afrique numérique : quel impact sur l’économie ?

L’économie numérique en Afrique regroupe les secteurs des TIC qui constituent aujourd’hui un périmètre qui ne cesse de s’élargir : équipements de traitement de l’information et de télécommunications (téléphones, ordinateurs, tablettes tactiles, livres numériques…) mais aussi équipements de l’électronique grand public (téléviseurs, consoles vidéo…). À ces biens physiques sont associés des services, logiciels informatiques, applications mobiles, jeux vidéo, téléchargements…

Si le numérique, par lui-même, est un secteur porteur de croissance, ce potentiel est largement amplifié par le phénomène de Leapfrogging que connaît l’Afrique. Ce dernier désigne le saut d’une étape technologique pour passer directement à la suivante. Ainsi, par exemple, l’Afrique a passé l’étape du téléphone fixe, et même celle d’Internet sur ordinateur, pour passer directement à celle du mobile. Et les résultats sont spectaculaires. Non seulement, presque tous les Africains vont être reliés à un réseau téléphonique, ce qui était loin d’être le cas, mais 50% d’entre eux devraient être reliés à Internet via smartphone d’ici dix ans.

La baisse des prix des smartphones, et même la production de téléphones connectés à Internet spécifiquement fabriqués pour les populations les plus pauvres des pays émergents, certains pour à peine plus de 20 euros, vont contribuer à ce « leapfrogging » sans précédent.

economie-afrique-numerique Comment l’économie numérique contribue à la croissance des entreprises ?

Le secteur de l’économie numérique en Afrique a d’abord un premier impact de nature industrielle : l’apparition continue de produits nouveaux conduit à un rythme accéléré de renouvellement de l’équipement numérique des ménages et des entreprises et entretient donc un fort potentiel de croissance dans la production matérielle des supports techniques. Mais, en parallèle, le développement des services numériques immatériels est encore plus explosif. Une des facettes de l’expansion de cette économie numérique en Afrique est le développement rapide de l’e-commerce.

Sur le plan de l’organisation interne des entreprises africaines comme de leurs relations externes, les technologies numériques offrent des opportunités novatrices : communication à distance, rapidité de la transmission de l’information, par exemple l’envoi des commandes, possibilité de réaction et de réponse en temps réel, gains de productivité, comme exemple la conception assistée par ordinateur (CAO), permettant d’éviter la réalisation de prototypes physiques.

Les nouvelles technologies sont incontestablement un vecteur de développement pour les entreprises et donc pour l’économie dans sa globalité. Cependant, l’Afrique doit faire face à un frein non négligeable : le déficit en infrastructure sur la majorité des territoires.

A titre d’information, en Afrique, les investissements du secteur public dans les infrastructures ne représentent en moyenne actuellement que 2 à 3 % du produit intérieur brut.  Parmi les principales problématiques on peut citer l’énergie électrique qui est à la traîne en termes de capacité de production, de consommation d’électricité et de sécurité de fourniture.

Ainsi, la Banque Mondiale estime que le manque d’infrastructures de qualité entraîne un ralentissement de la croissance économique évalué à 2 %. D’autre part, il limiterait la productivité des entreprises jusqu’à 40 % dans certains cas.

Ibou Diouf, responsable du programme des politiques de transport en Afrique de la Banque Mondiale, déclare à ce propos : “Les besoins en infrastructures sont de plus de plus impressionnants à mesure que les économies africaines se développent et que l’intégration régionale avance”.

Si les défis restent nombreux pour saisir les opportunités de l’économie numérique, l’Afrique démontre qu’elle est sur la bonne voie.