Booster la transformation numérique en Afrique

Comment booster la révolution numérique en Afrique ?

La connectivité est encore un problème de taille pour le continent africain. En effet, l’Afrique est la région du monde la moins connectée avec seulement 30% de la population qui a accès au haut débit mobile. Malgré tout, l’économie numérique connait une forte hausse depuis une dizaine d’années grâce à la pénétration d’Internet qui a entrainé la croissance de la téléphonie mobile et du commerce en ligne : les chiffres pourraient atteindre 75 milliards de dollars en 2025, soit 10 fois plus qu’en 2014, selon l’agence de conseil McKinsey & Company.

Depuis déjà plusieurs mois, les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), prétendent vouloir investirent en Afrique, persuadées du fort potentiel du continent dans le secteur du digital. Si certains sont encore au stade de l’observation, Microsoft, lui, fournit déjà sa technologie bureautique à la majeure partie des gouvernements.

Aussi, la montée en puissance des créations de startup technologique est un indicateur de cette révolution en cours. Grâce à l’expansion de la téléphonie mobile, de nombreuses opportunités en matière de création d’applications mobiles et d’entreprises de services ont vu le jour. Certains pays africains comme l’Afrique du Sud, le Rwanda, le Maroc, le Kenya, la Côte d’Ivoire…, sont de véritables pionniers dans la recherche et l’innovation pour le continent et révolutionnent la vie des africains.

Afin de pouvoir mener à bien tous les projets numériques notamment (Sénégal numérique 2020, Tunisie 2020, Cameroun numérique 2020, Stratégie Maroc Digital 2020, etc.), l’Alliance Smart Africa a été créée dans le but de placer la transformation numérique au cœur du développement économique de l’Afrique. Cette dernière compte 24 pays membres et représente un marché de plus de 600 millions de personnes.

Dans sa conquête du numérique, l’Afrique a tout de même un avantage non négligeable. En effet, l’absence d’un héritage technologique lui permet d’adopter et d’introduire directement les toutes dernières technologies. Le continent a ainsi la liberté de créer des modèles qui seront en totale harmonie avec son propre marché. De plus, d’après le Fonds monétaire international (FMI), grâce à l’essor des nouvelles technologies, sur les 20 pays qui connaitront un boom économique d’ici 2050, 12 seront des pays africains.