HEADER-article-Dématerialisation-GED-Avril-2017

Dématérialisation documentaire : enjeux et chiffres clés

La gestion électronique de documents, ou GED, s’intéresse aux documents et aux données associées, et permet d’optimiser leur gestion et leur exploitation par des moyens électroniques spécialisés et performants. Pour pouvoir gérer ces documents, il convient de les dématérialiser afin de pouvoir les stocker sous forme électronique.

icone Enjeux de dématérialisation documentaires Les Enjeux de dématérialisation documentaires

Economiser les ressources

La dématérialisation est souvent vue comme un moyen d’économiser des ressources. Un document dématérialisé nativement implique des économies sur les coûts liés au papier.
Ce constat doit néanmoins être nuancé :

  • Le support électronique réclame lui aussi des ressources : espace de stockage, connexion réseau…,
  • Un document dématérialisé a posteriori existe bien sous forme papier.

Faciliter le partage d’informations

Un document dématérialisé n’est, par définition, pas lié à un support papier. Pas besoin de le photocopier si plusieurs personnes souhaitent y avoir accès en même temps.

Améliorer l’indexation des documents

Un document électronique peut être traité automatiquement grâce à l’informatique. Cela permet une indexation plus exhaustive qu’une indexation manuelle des documents papier.

Assurer les sauvegardes

Il arrive qu’un document papier soit détruit ou perdu. Dans le cas d’un document électronique, la copie est pratiquement instantanée et gratuite. Plusieurs sauvegardes d’un même document peuvent donc exister à plusieurs endroits et sur plusieurs supports. Il est plus facile et moins coûteux d’assurer la protection des documents électroniques.

icone-chiffres-clés-du-marché-de-la-dématérialisation Les chiffres clés du marché de la dématérialisation, de la gestion de contenus et de l’archivage

Le laboratoire SerdaLab a déjà publié les chiffres de la dématérialisation du marché français, de la gestion de contenus et de l’archivage pour l’année 2014 avec une projection à horizon 2018. Cette étude démontre le fort dynamisme du domaine, qui a réalisé un chiffre d’affaires de 12,6 milliards d’euros en 2014 et progresse de 2,3 % par rapport à 2013.

En passant de nécessaire à incontournable, la transition numérique des organisations a peu à peu façonné l’un des marchés les plus porteurs de l’IT ! C’est ce que révèlent les chiffres du marché de la dématérialisation, de la gestion de contenus et de l’archivage publiés le 1er avril 2016 par le cabinet SerdaLab en partenariat avec Archimag.

 Fort d’un chiffre d’affaires global de 12,6 milliards d’euros en 2014 (les chiffres de 2015 n’ont pas encore été déposés au greffe), le marché de la dématérialisation respire la santé et progresse de 2,3 % par rapport à l’année 2013. Selon les projections de SerdaLab, ce chiffre d’affaires global devrait atteindre les 14 milliards d’euros en 2018.

A ce jour de telles données sur les marchés africains, n’existent pas. Cela dit, cette zone suivant globalement les tendances européennes, elle laisse à présager un très bon avenir pour la dématérialisation. D’autant que le sujet est d’actualité, en témoignent les nombreux chantiers de dématérialisation de l’administration, au travers notamment des projets e-gov.