Le digital et l’épidémie du coronavirus

Coronavirus: Le Digital au cœur de l’épidémie !

Apparu à Wuhan en Chine en décembre 2019, le virus Covid-19 a déjà traversé presque toutes les frontières du monde, avec plus de 8.272 décès sur plus de 206.749 contaminations (données rassemblées par Radio Canada, de sources sanitaires, données du 18 mars 2020). Tous les pays sont touchés. Le monde est en guerre contre cette maladie du coronavirus. Par ailleurs, le digital prend une place importante et se positionne comme une alternative aux nombreuses restrictions désormais en vigueur partout sur la planète.

En Chine, et en Corée du Sud, les personnes en quarantaine sont surveillées via une application sur leur smartphone. Des pratiques qui ne choquent pas en période d’épidémie mais qui posent question sur la protection des données.

Dès le début de l’épidémie en Corée de Sud, et dans le cadre de ses efforts afin de stopper la propagation du Covid-19, ou coronavirus, les autorités coréennes ont rapidement réagi, notamment en développant une application smartphone permettant aux citoyens de cocher quotidiennement les cases symptômes. Pour cela, il suffit de télécharger l’application et d’y renseigner certaines informations.  Et en fonction de ces derniers, soit on vous impose à rester à la maison, soit on vous invite à venir passer un test de dépistage du coronavirus.

D’un autre côté, l’application contient un GPS qui permet à la police de disposer de l’historique de déplacement de l’ensemble des personnes qui utilisent cette application, et peut les suivre tous les jours. Si une personne se rend dans un lieu fréquenté alors qu’elle est forcée de s’isoler, l’alerte se déclenchera et l’application enverra sa localisation à la police.  L’analyse de cette masse de données a été mise à profit pour générer des alertes en temps réel, car malgré une amende de près de 7 500 euros pour ceux qui ne respectent pas les consignes, certains continuaient à désobéir et à agir sans tenir compte des circonstances.

C’est un système qui existe aussi en Chine. Là visiblement, il s’agit d’un code QR sur le smartphone pour tous les citoyens. Un code tricolore, vert, jaune, ou rouge qui guide leurs déplacements et qui indique un niveau de santé. « Code vert, vous pouvez circuler ! Rouge ou jaune : prévenez immédiatement ! ». Ceux qui ont un code jaune ou rouge doivent restés confinés pendant 14 jours pour les rouges, et 7 jours pour les jaunes. Alors que la police peut intervenir si le code couleur ne se respecte pas. C’est le géant Alibaba de la vente en ligne qui a créé ce système GPS relié à Alipay, l’application de paiement électronique sur les téléphones portables en Chine. Avoir cette application est indispensable dans la vie quotidienne en Chine pour se déplacer, notamment pour aller travailler, pour entrer dans sa résidence ou pour aller au centre commercial.

C’est une application destinée à protéger les bien portants, mais sans protection des données privées. Une fonctionnalité qui présage le pire si elle devait rester active une fois l’épidémie terminée. Il est ainsi important de savoir qu’avant cette application, la Chine a mis en place un système de contrôle, basé sur le renseignement humain à grande échelle,  pour surveiller  vos allées et venues et vous empêchent de quitter votre appartement si vous êtes considéré comme une personne à risque.

Confinées chez elles, des millions de personnes dans le monde n’ont qu’Internet pour garder un contact avec le monde extérieur. Apprendre, se soigner, remplir son frigo ou simplement se divertir…les solutions technologiques sont au cœur du quotidien de la population mondiale, comme elles ne l’ont jamais été avant l’apparition du Covid-19.

Les entreprises, quant à elles, doivent être encore plus agiles, s’adapter à un nouveau contexte et transformer ainsi leurs méthodes de travail. VISIATIV vous accompagne pour répondre au mieux à ces nouveaux challenges et assurer ainsi une continuité de vos activités !