Selon International Data Corporation (IDC), l’univers numérique double tous les deux ans et atteindra 40 000 exaoctets (40 000 milliards de giga-octets) d’ici 2020. Un seul exaoctet de stockage peut contenir 50 000 années de vidéo de qualité DVD.

   UNE PRATIQUE DE PLUS EN PLUS PRESSANTE

Les organisations qui échouent de traiter immédiatement les implications à long terme de de ce tsunami massif de données, pourront ne jamais se rattraper par la suite. Nous avons tendance à percevoir une image de l’archivage numérique comme étant figée dans le temps, inaccessible et cachée dans les parties les moins fréquentées de l’organisation.

Association for Information and Image Management (AIIM) estime que cette pratique doit être perçue à travers un ensemble de capacités intelligentes de gestion de l’information, qui sont essentielles pour relever le défi de la transformation numérique.

   POURQUOI FAUT-IL Y PENSER ?

Repenser l’organisation pour intégrer l’archivage numérique implique le fait de comprendre, anticiper et redéfinir les expériences client internes et externes. Une nouvelle étude de marché conduite par l’AIIM a conduit aux cinq statistiques suivantes :

Il est donc temps de penser à l’archivage numérique en tant que capacité dédiée qui permet de conserver des informations à long terme, de les utiliser et les retrouver facilement à tout moment. Il est temps d’agir.