flat design-research knowledge

BASILE NIANE, Le Blogueur entrepreneur du Sénégal

Basile Niane est avant tout un passionné du web et des TIC au point d’en faire son métier.

 Membre fondateur du Réseau des blogueurs au Sénégal, il finit par décrocher le prix du meilleur blogueur TIC de l’année 2014. En plus du blogging, il a plus d’un tour dans son sac. Journaliste, consultant, formateur web 2.0 et CEO de Socialnetlink.org. Ce dernier est non seulement une Agence de communication digitale mais c’est aussi un site web axé sur les TIC dont l’objectif est d’être le numéro un  en qualité de contenus technologiques au Sénégal.

C’est ce passionné du web, Basile Niane, qui nous livre son expérience de blogueur et également une analyse de l’évolution du​ ​secteur​ ​des​ ​TIC​ ​au​ ​Sénégal.

Photo-portrait-blogueur-entrepreneur-socialnetlink-dakar-senegal

puce-01 Pouvez-vous nous parler de votre expérience de bloggeur et quel est votre objectif à travers la création de Socialnetlink.org ?

Je n’aime pas trop parler de moi. Malgré cela, je vais essayer. Pour résumer, je dirai que j’ai débuté le  blogging vers les années 2004. A cette époque, il n’y avait pas encore  beaucoup de blogueurs au Sénégal. C’était le temps des skyblogs, Hi5, 123love etc.  ​où​ ​on​ ​aimait​ ​poster​ ​des​ ​photos​ et ​tchater. Par la suite, j’ai changé de cap avec l’évolution de la technologie, je me suis intéressé à la recherche sur internet. Au fur et à mesure, l’envie de découvrir d’autres perspectives naissait en moi surtout avec l’apparition des nouveaux gadgets technologiques. C’est  ainsi que j’ai commencé à bloguer, partager ma passion. Avec ce blogging j’ai pu construire ​mon réseau, voyager partout dans​ ​le​ ​monde,​ ​​ ​travailler​ ​avec​ ​​ ​plusieurs​ ​marques​ ​et​ ​lancer​ ​ma start- up.

Mon objectif en commençant le blogging était d’être le meilleur blogueur TIC au Sénégal.  C’est grâce à cette conviction que j’avais créé le premier blog des TIC au Sénégal (Sénégalmedias) devenu​ ​aujourd’hui​ ​​Socialnetlink.

Cette nouvelle plateforme que j’ai lancée avec d’autres associés est née d’un constat : au Sénégal, sur plus de 150 sites web répertoriés seuls 3 ou 4 sont dans la diffusion​ ​de​ ​l’information​ ​technologique.

Pourtant, notre pays est l’un des plus connectés en termes d’infrastructures ou de connexion haut débit en Afrique. Nous sommes plus de 6 millions d’abonnés à internet sur une population de plus de 14 millions d’habitants. Ce qui veut dire que la moitié de la population dispose d’une connexion internet mobile avec un taux de pénétration de plus de 100% et plus d’1 million d’inscrits sur le​ ​réseau​ ​social​ ​Facebook.

Dès lors, nous nous sommes dit qu’il serait dommage de ne pas avoir une plateforme complète pour pouvoir relier les bonnes actualités qui touchent la technologie en ​temps réel. C’est la raison pour laquelle le projet ​Socialnetlink.org qui regroupe des blogueurs et journalistes spécialistes en TIC, veut combler ce vide​ ​technologique​ ​afin​ ​de​ ​promouvoir​ ​le​ ​contenu​ ​local. Depuis ces dernières évolutions, le trafic de ​Socialnetlink.org continue de progresser​ ​fortement​ ​et​ ​a​ ​pratiquement​ ​doublé​ ​au​ ​cours​ ​de​ ​la​ ​dernière​ ​année.

La plateforme a été primée au concours international ​World Summit Awards qui s’est tenu à Singapour grâce à son contenu innovant.

Nous avons aussi couvert de grands évènements dans le monde IT au Sénégal. Aujourd’hui nous travaillons avec de grandes entreprises sénégalaises et africaines en leur fournissant​ ​du​ ​contenu​ ​de​ ​qualité.  Cela prouve que ce projet a largement sa place dans l’espace de la presse sénégalaise. Notre vision est d’être d’ici 2020 la plateforme tech la plus consultée au Sénégal et en​ ​Afrique.

SITE

puce-01 Vous aviez dit dans une ancienne interview « Le blogging n’est pas assez développé au Sénégal… il y a un gap technologique à combler ». Etes-vous toujours du même avis en 2016 ?

Aujourd’hui,​ ​​ ​la​ ​donne​ ​a ​changé. ​Le​ ​blogging​ ​a​ ​connu​ ​​un​ ​boom​ ​partout​ ​en Afrique​​.​ ​On​ ​voit​ ​de​ ​plus​ ​en​ ​plus ​de​ ​jeunes​ ​qui​ ​s’intéressent​ ​à​ ​cette​ ​passion​ ​et qui​ ​en​ ​ont​ ​fait​ ​leur​ ​métier​ ​à​ ​temps​ ​plein. Grâce​ ​au​ ​blogging​ ​beaucoup​ ​d’internautes​ ​gagnent​ ​leur​ ​vie​​,​ ​d’où​ ​l’apparition de​ ​nouveaux​ ​métiers​ ​comme​ ​le​ ​Community​ ​Management ​ou​ ​le​ ​Social​ ​Media Management,​ ​l’Expertise ​en​ ​Web​ ​2.0​ ​etc.

Cependant,​ ​malgré​ ​cette​ ​floraison​ ​de​ ​blogueurs,​ ​il​ ​faut​ ​souligner​ ​​le​ ​manque​ ​de contenu​ ​de​ ​bonne​ ​qualité​ ​au​ ​niveau​ ​local.   ​Et c’est l’occasion pour moi de ​conseille​r ​aux​ ​internautes​ ​qui​ ​veulent​ ​en​ ​faire​ ​un​ ​métier​ ​de​​ ​produire​ ​du contenu​ ​de​ ​​ ​qualité,​ monétisable​ ​pour​ ​le​ ​bien​ ​de​ ​leur​ ​carrière.​ ​Il​ ​ne​ ​sert​ ​à​ ​rien d’être​ ​sur​ ​les​ ​réseaux​ ​sociaux​ ​à​ ​ne​ ​rien​ ​faire.​ ​Pour​ ​moi,​ ​c’est​ ​une​ ​perte​ ​de​ ​temps inutile.​ ​Soigner ​son​ ​image​ ​sur​ ​internet​ ​est​ ​très​ ​important. A un moment donné, il faut savoir ce que l’on veut faire.​ ​La​ ​spécialisation​ ​du​ ​blogueur​ ​​ ​dans​ ​un domaine​ ​précis​ ​est​ ​synonyme​ ​d’ouverture​ ​et​ ​de​ ​consécration​ ​dans​ ​le​ ​travail.

 Selon le dernier rapport de la banque mondiale, le secteur des TIC au Sénégal performe moins bien. A votre avis quelles en sont les causes ?

Je​ ​pense​ ​que​ ​le​ ​Sénégal​ ​est​ ​en​ ​train​ ​de​ ​mener​ ​un​ ​travail​ ​extraordinaire​ ​dans​ ​le domaine​ ​des​ ​TIC.​ ​L’envie​ ​de​ ​la​ ​nouvelle​ ​génération​ ​qui​ ​pense​ ​souvent​ ​à​ ​l’auto-emploi​ ​est​ ​très​ ​forte​​. ​Je​ ​n’ai​ ​pas​ ​de​ ​chiffres,​ ​mais​ ​l’entrepreneuriat​ ​prend​ ​de​ ​l’envol​ ​​​dans notre pays. Cependant,​ ​force​ ​est​ ​de​ ​constater​ ​qu’il​ ​y​ ​a​ ​une​ ​lenteur​ ​dans​ ​le​ ​soutien​ ​des jeunes​ ​entrepreneurs​ ​qui​ ​peinent​ ​souvent​ ​à​ ​s’en​ ​sortir. Je​ ​crois​ ​qu’il​ ​y​ ​a​ ​encore​ ​un​ ​gros​ ​travail​ ​à​ ​faire​ ​dans​ ​la​ ​politique​ ​de​ ​l’État​ ​du Sénégal​ ​qui​ ​s’est​ ​modernisé​ ​dans​ ​plusieurs​ ​secteurs​ ​d’activités​ ​touchant​ ​les​ ​TIC. Je​ ​peux​ ​citer​ ​par​ ​exemple​ ​​​le​ ​projet​ ​​ ​Sénégal​ ​Numérique,​ ​la​ ​plateforme de Diamniadio​ ​qui​ ​sera​ ​​ ​la​ ​future ​​ ​Sillicon​ ​Valey africaine.

 Quelles recommandations pouvez-vous donner pour faire évoluer les TIC au Sénégal ?

Le​ ​développement​ ​des​ ​TIC,​ ​pour​ ​moi,​ ​​passe​ ​d’abord​ ​par​ ​une​ ​politique​ ​sectorielle de​ ​l’Etat​ ​​ ​pour​ ​​ ​le​ ​​ ​développement​ ​de​ ​​ ​​​l’auto​-​entrepreneuriat,​ ​​facteur​ ​de croissance​ ​et​ ​de​ ​progrès​. Il​ ​faut​ ​penser​ ​à​ ​mettre​ ​en​ ​place​ ​des​ ​fonds​ ​​ ​de​ ​soutien​ ​à​ ​l’innovation,​ ​mais surtout​ ​inciter​ ​les​ ​organisations​ ​en​ ​charge​ ​de​ ​cette​ ​question​ à​ ​allouer​ ​des financements​ ​aux​ ​personnes​ ​adéquates​.​ ​L’entrepreneuriat​ ​ne​ ​se​ ​développera pas​ ​​ ​si​ ​l’Etat​ ​ne​ ​facilite​ ​pas​ ​la​ ​tâche​ ​aux​ ​créateurs​ ​d’entreprises. Faites​ ​le​ ​constat,​ ​sur​ ​100​ ​entrepreneurs,​ ​les​ ​70​ ​lâchent​ ​du​ ​lest​ ​après​ ​une​ ​année d’existence​ ​à​ ​cause​ ​des​ ​lourdeurs​ ​administratives,​ ​le​ ​manque​ ​de​ ​soutien​ ​ou​ ​de suivi.

L’autre​ ​problème​ ​réside​ dans l’obtention des marchés ​pour​ ​les​ ​start- up.​ ​Il​ ​est difficile​ ​pour​ ​un​ ​jeune entrepreneur de​ ​gagner​ ​des​ ​appels​ ​d’offres​ ​publiques.​ ​C’est​ ​ce​ ​qui fait​ ​que les jeunes entreprises finissent par disparaître. Le​ ​​ ​secteur​ ​contribue​ ​à​ ​hauteur​ ​de​ ​15‰​ ​du​ ​PIB,​ ​mais​ ​il​ ​souffre​ ​de​ ​plusieurs maux ​qui​ ​ont​ ​pour​ ​nom​s:​ accompagnement,​ ​persévérance,​ ​application,​ ​et innovation. Le​ ​marché​ ​local​ ​a​ ​encore​ ​besoin​ ​d’investisseurs​ ​​ ​qui​ ​doivent​ ​​ ​croire​ ​​ ​à​ ​la jeunesse​ ​entrepreneuriale​ ​sénégalaise.

Que pensez-vous d’une éventuelle collaboration entre le Maroc et le Sénégal dans le domaine des TIC ?

C’est déjà une réalité, vu les bonnes relations diplomatiques entre les deux pays. D’ailleurs notre pays sera à l’honneur au Salon sur les Technologies dénommé Aitex-Africa​ ​It​ ​Expo​​  ​qui​ ​se​ ​tiendra​ ​au​ ​Maroc.

Ce genre de collaboration marque un tournant décisif sur la coopération bilatérale dans le domaine des TIC. En fait, on peut aller même plus loin. A mon avis, nos deux Etats doivent encore redoubler d’efforts dans ce sens en développant le partage d’expériences,  la création de​ ​bourses​ ​de​ ​formation​ ​dans​ ​les​ ​filières​ ​scientifiques​ ​et​ ​techniques​ ​etc. Le Maroc est un pays très avancé dans ce domaine, il faudrait plus de collaboration gagnant-gagnant avec la promotion de la «libre circulation des cerveaux​»

 

Social Net Link est la première plateforme web axée sur l’actualité Technologique et des Nouveaux Médias au Sénégal en particulier et en Afrique en général

Logo-socialnetlink-plateforme-web-TIC-dakar-senegal icone-02 contact@socialnetlink.org

icone-03 +221 77 508 48 04 / 77 419 12 65

icone-01 www.socialnetlink.org