Doing Business 2016 est le dernier d’une série de rapports publiés annuellement par le groupe de la banque mondiale. Il est mis à jour en Juin 2015.

Ce rapport permet de mesurer la qualité et l’efficience du cadre réglementaire ainsi que les régulations favorables et défavorables à l’activité commerciale. C’est une analyse pointue des résultats économiques permettant d’identifier les meilleures réformes surtout par rapport à la facilité d’entreprendre des affaires.

Dix domaines sont inclus dans le classement de cette année :

Création d’entreprise
puce Octroi de permis de construire
puce Raccordement à l’électricité
puce Transfert de propriété
puce Obtention de prêts
puce Protection des investisseurs minoritaires
puce Paiement des impôts
puce Commerce transfrontaliers
puce Exécution des contrats et règlement de l’insolvabilité

En plus des indicateurs quantitatifs, le rapport met l’accent au niveau de sa nouvelle version sur la qualité et l’efficacité des réglementations dans les pays étudiés.

CONSTATSCONSTATS

En effet, cette année, de nouveaux indicateurs mesurant la qualité ont été mis en place pour quatre indices (transfert de propriété, octroi de permis de construire, raccordement à l’électricité et exécution des contrats).
Ainsi, il a été constaté que les entrepreneurs de 122 économies ont affirmé un développement des aspects réglementaires dans leur pays d’accueil.

Effectivement, plusieurs réformes ont été instaurées (231 mesurant 189 économies dans le monde) visant l’environnement des affaires. En tête de liste, l’Afrique subsaharienne qui compte 30% de réformes devançant l’Europe et l’Asie Centrale.

 

Le Maroc premier en Afrique du nordLe Maroc premier en Afrique du nord

Le Maroc est 75ème dans le classement de Doing Business. Il gagne 5 places le positionnant en haut du podium en Afrique du nord.

Avec les Émirats Arabes Unis, le Maroc mène la région MENA avec toutes les réformes mises en place dans le cadre du développement de la réglementation des affaires.

Le Maroc a ainsi fait un effort concernant la simplification de la procédure de création d’entreprises notamment à travers la mise en place de liens de communication électronique entre les administrations fiscales.

 

Le rêve sénégalaisLe rêve sénégalais

Le Sénégal passe de la 156ème à la 153ème position sur 189 économies lui faisant gagner 3 places. Il a été également classé parmi le Top 10 des économies ayant appliquées au moins 3 réformes.

Le Sénégal a pu atteindre ce résultat grâce à 7 réformes dont la facilitation de la création d’entreprise, la mise en place d’un guichet unique pour le raccordement des PME à l’électricité, l’allègement des charges de transfert de propriété, l’adoption d’un décret sur la médiation et la conciliation pour promouvoir les organes et instruments de jugements.

L’année prochaine le Sénégal vise son introduction dans le Top 100 du classement Doing Business.

 

La Côte d’Ivoire décolleLa Côte d’Ivoire décolle

La Côte d’Ivoire a enregistré une forte croissance dans le rapport Doing Business 2016, elle se place 142ème gagnant ainsi 5 places grâce aux réformes visant l’amélioration de l’environnement des affaires.

La Côte d’Ivoire ambitionne de devenir un hub sous régional d’où les 15 réformes menées : l’immatriculation juridique, fiscale et sociale d’une entreprise exclusivement au Cepici, la réduction des délais de création d’entreprise au guichet unique du Cepici de 48 heures à 24 heures, l’amélioration de la qualité de la législation par le renforcement des droits des créanciers contre les débiteurs insolvables

La Côte D’Ivoire a également concentré ses efforts sur la dématérialisation des processus administratifs.

 

Le Cameroun à la recherche de solutionsLe Cameroun à la recherche de solutions

Le Cameroun est à la 172ème place au lieu de la 168ème. Le pays a ainsi perdu 10 rangs par rapport à l’année dernière.

Le Cameroun régresse dans presque tous les domaines. Le règlement des insolvabilités est le seul critère qui le fait avancer d’une place.

Cette situation est due à plusieurs raisons :

  • Tracasseries administratives pour la création ou la transmission de propriété
  • Difficultés liées à l’inexécution des contrats
  • Corruption dans l’attribution des marchés
  • Faiblesse du Cameroun dans le commerce transfrontalier

Le Gabon toujours en courseLe Gabon toujours en course

Le Gabon occupe la 162ème place cette année. Une position qui lui fait perdre 6 rangs.

Malgré ce classement, le Gabon s’est quand même amélioré par rapport à certains aspects comme le domaine de Transfert de propriété. Il pêche par contre dans les domaines de règlement de l’insolvabilité, celui de l’exécution des contrats, la création d’entreprise, la protection de l’investissement, le paiement des taxes et impôts, le commerce transfrontalier, l’obtention des prêts, l’octroi des permis de construire…

Le Gabon devrait sans doute engager de nouvelles réformes plus efficace lui permettant de gravir les échelons du classement et d’améliorer par la même occasion son environnement d’investissement.

Classement de ces pays

Classement de ces pays width=

En dépit de la régression de certains pays, la banque mondiale constate une réelle avancée de l’Afrique Subsaharienne qui a mis en place 69 réformes dans 35 économies. Les pays membres de l’organisation pour l’Harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) ont été pionniers en la matière. En moyen-Orient et en Afrique du nord, 21 réformes ont été déployées dans 11 des 20 économies de la région. Ainsi, les Emirats Arabes Unis (EAU), le Maroc, la Tunisie et l’Algérie sont les pays qui se sont lancés dans plus d’une réforme.

Business Doing 2016: les pays africaines